Olivier Williame

Olivier Williame

Professeur de cinéma-audiovisuel et de lettres modernes

olivier-williame

Olivier Williame

Je suis arrivé au cinéma et à l’image par ma formation littéraire, à travers le scénario notamment. J’aime les films bien écrits, dont la narration et les dialogues sont brillants. Même dans les documentaires, j’aime la dimension fictionnelle : raconter une belle histoire et emmener loin le spectateur, mais sans jamais « le mener en bateau » pourtant. Je pense vraiment que si l’on a une très belle idée, et que l’on trouve les beaux dialogues pour l’exprimer, alors on pose de solides bases pour la mise en scène cinématographique, c’est-à-dire l’utilisation des moyens visuels et sonores les plus appropriés pour servir cette idée. Au contraire si l’idée est faible, peu inspirée ou commune, il y a peu de chance que les moyens du cinéma puissent la fortifier réellement.

Depuis dix ans que j’exerce comme professeur de cinéma-audiovisuel, à côté de mes enseignements de lettres, je tâche de donner aux élèves ce goût du récit. Je m’appuie sur la découverte de grands réalisateurs d’hier et d’aujourd’hui pour donner aux élèves l’envie d’écrire puis de mettre en images leurs rêves de papier. J’aime analyser avec eux des séquences comme le premier quart d’heure de La Garçonnière, de Billy Wilder. Les dialogues, les personnages, les idées visuelles, le jeu d’acteurs, le récit, tout y est parfait. Ce film est génial et, cinquante ans après, toujours un modèle de cinéma. Dans un demi-siècle, le public le découvrira encore avec le même ravissement. Je propose aussi souvent dans ma pratique pédagogique des adaptations d’œuvres littéraires, notamment des nouvelles. Les élèves accrochent immédiatement, les adaptent avec passion et apprennent ainsi à écrire un scénario. C’est ainsi que nous avons réalisé des courts-métrages inspirés de Roald Dahl, Richard Matheson, Stefan Zweig, Caio Fernando Abreu, ou Émile Zola cette année, avec La Mort d’Olivier Bécaille, une histoire de revenant hautement cinématographique.

Les élèves trouvent un plaisir considérable dans la réécriture, la préparation, le tournage et le montage de ce film, qui a mobilisé toute notre énergie et notre amour des histoires fortes. Le pari que nous avons fait ensemble est gagné, le rêve réalisé.